Aele et Heel: Arbres: Photos:

: – Alors, qu’attendez-vous? Qui l’aime autant que je me plaît, à mon tel avenant et propre égard, me suive! Qu’on s’en jette à ras trou encore mieux que tant trop en dévers de cravate, plus hoquetante glotte!

Ponctuant son invite d’une tape magistrale assénée dans les reins du plus proche voisin; à décorner un veuf; tout en portant le débordant d’une barrique à sa bouche; éclusée d’un seul coup; besicles et dentier suivant le même cours.

Un Thu mais cependant qui ne se fait prier, après avoir soigneusement remis en place les jointures de son poing, portant une autre rebondissante et tressautante chope à sa barbe inondée, pour ne dire ruisselante;

: – C’est pas tout, mes brebis, tout comme autre fretin; mais il va d’ici peu, si mes vues ne m’égarent, quoique à tort, il ne peut que bientôt se faire tard!

Qu’on m’amène carrosse, ses infinis chevaux varapeurs! Et cela des plus prestement et vive diligence! Chromes, cuirs et dorures en flous genres ainsi qu’autres laquais! Son cocher à l’appui, inclus à ses basques!

Limousine aussitôt, demeurée sagement au proche littoral, ne se le faisant point rebeugler, et jusque au porte voix, en tous genres de requêtes de son maître, propre tout hautant que l’ensemble de ces lieux; et qui roule déjà à freins égarés et autres tombereaux béants, tout au long de l’interminable et sinueuse route reliant la presqu’île à la côte lointaine, tout comme le contraire; ses bas côtés étroitement cernés par les eaux certes calmes de cette mer envahissante, mais dont montent inlassablement les flots…

indifférente au pourtant délirant spectacle des milliers de lampions érigés pour la fête, qui en balisent, tout au long de son cours le bitume de l’eau doucement envahi, prochement submergés…

C’est même pas à mi parcours, qu’un hourra des plus vif, et grassement nourri, sinon jusque gavé, l’intrigue au plus haut coin; ses multiples et galopant chevaux en tressautant de fort vive surprise!

: – L’ultime borne est mise, dûment homologuée ; tous records assurés, désormais, tous records acquis au fil des ans, depuis l’instauration de cette fête, relégués au passé! confondus!

Fonce et rue le carrosse, à jantes éperdues, autres essieux broyés… jusqu’au moteur enfin crachant asthmatiques râles jusque bientôt pitoyables, avant de s’interrompre, eux aussi lentement submergés par ces eaux plus que toujours montantes…

: – Le record de plus hautes marrées est battu! Haut de combien, archi pulvérisé! Hurle-t-on de partout, comme encore à tout fendre; comme à plates coupures! L‘horizon marin maintenant occultant là tous autres espaces, et ce jusque à l’extrême pointe déjà d’une presqu’île qui ne l’est plus du tout; cernée là de partout par ces eaux ne cessant de monter…

Thu quêtant de partout, au-delà jusque de ces plus grands larges désormais mis, dispos jusque à quasi porté de poing!

: – Il devrait être là, ce frauduleux et malfourbu carrosse?

Sans doute en train, chemin sans doute pris des échotiers, en train de se livrer au pâturage de quelques bois, ici et là, masticage impromptu, quoique retardataire, de quelques pins marins?

Un Thu bien par trop éloigné des lieux fort submergés du drame, pour voir, si l’on peut dire encore, agoniser soudain, sans autre cri de plus, fut ce las chuintement, une ultime lanterne de l’engin tout entier, carrosseries et chromes, emporté engloutis sous ces amas de flots, mais ne cessant de croître…

ivres mais non gavés, voraces, bien au contraire, de tous espaces soumis, livrés à leur insatiable et rapace portée…

Aele et Heel: Photo extraite de Mayriblue: ayant juste gagné les flots sans cesse grossissant de la mer… :

Sur la rive de la plage: au tout début de la Fête de la plus Haute Marrée… :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *