Répétition Artère:

Répétition de L’Artère :

L’Artère ? Qu’était-ce, au juste ?!

Une association de jeunes poétesses et poètes, fondée et dirigée ensuite par le Pélikhan Blanc ; solide gaillard à la voix de stentor, poète-teinturier-brocanteur ; éditeur d’une revue publiée par ses soins et initiateur de plusieurs récitals poétique, dans un local privé, tout d’abord, puis au Petit Théâtre de Sion.

Groupe composé, entre autres, de celle baptisée par l’auteur Puberté, amie du Pélihkan ; une autre jeune poétesse, amie elle de Jean-Michel Mayor, à qui l’auteur dédia ses Soleils, en hommage, suite à son brutal décès, à l’âge tout juste de vingt ans ; retrouvé pendu ; Simone Collet, poétesse vaudoise ; enfin Pierre-André Mihlit.

C’est peu après cette tragique disparition que l’auteur décidait d’abandonner ce groupe, de retour à son état de loup solitaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *