Auto Portrait Genésien:

Auto-portrait Genésien :

C’est à dire, en parallèle avec son écriture toute proche alors de sa décomposition extrême, avant d’amorcer sa seconde phase elle de reconstruction, Heel, vivant lui-même cet état, plongé jusque aux extrêmes eux aussi tréfonds du trou;

alors ayant atteint la juste veille de ce Zéro Point acquis comme vécu…

et c’est au souvenir de cet état que lui inspira l’élaboration, plus tard, de cette encre et brou de noix ;

étendu sur sa couche, tard dans la nuit, pour un bref sommeil, progressivement extrait de celui-ci pour lui échapper tout à fait… son attention attirée par un étrange bruit venu du galetas se trouvant juste au-dessus de sa tête…

encore confus, qu’il peine tout d’abord à identifier, mais qui se précise de plus en plus qu’il augmente… celui, lui semble-t-il, d’une boule assez volumineuse, roulant tout au long du vaste galets… pour venir buter contre l’un puis l’autre de ses bouts opposés.

Bruit qui persiste et se prolonge, ce jusque à devenir pratiquement obsessionnel.

A un point tel qu’il ne peut résister à s’extraire de sa couche pour sortir de son appartement, gagner une porte, de côté, sur le même palier, la franchir, au coeur d’un petit débarras, puis enfin gravir lentement, avec la prudence requise, le vieil escalier de bois, extrêmement raide menant à ce galetas ; tout en regrettant mais trop tardivement de ne s’être muni d’une lampe torche…

enfin, le couvercle d’une trappe repoussé, sa tête émerge à fleur du sol poussiéreux de cet endroit presque perpétuellement déserté ; soulagé de découvrir, éclairé par les rayons d’une lune pratiquement pleine, filtrés par un vélux pratiqué dans le toit;

pour découvrir, dans la juste pénombre qui lui est délivrée, au bout opposé à la trappe où il se trouve, tout au fond, ce qui lui semble bien être en effet une boule assez conséquente… apparemment figée, mais qui se met en branle pour se diriger directement sur lui… et qui approche de plus en plus, avec le roulement d’une grosse bille de bois telle celle, plusieurs fois utilisée par lui, faisant parie d’un jeu de quilles que possédait son grand-père ;

bientôt, sur le point de l’atteindre, parvenue à quelques centimètres à peine de sa tête; pour interrompre brusquement sa course, se figer.

Soudainement quasi tétanisé, face à ce qui est, en fait, une tête, campée sur son cou tranché ; ses yeux rivés droit dans les siens… tête exsangue, glacée, au teint de cire, hirsute, échevelée… mais arborant un rictus, plutôt que sourire, sardonique… réalité ? Sinon fidèle reflet, tout comme échappée de la surface d’un miroir, puisque rigoureusement et exclusivement la sienne propre !!!

Sous le choc combien brutal qui lui est asséné, écroulé brusquement tout au long de l’escalier, meurtri, à demi KO… avant de retrouver ses mouvements pour se précipiter dans ses appartements, portes close à triple tours !

Là haut, cette tête ayant repris elle sa course pour venir buter avec fracas contre le bout opposé du vaste galetas ; un bref instant interrompue pour reprendre une fois de plus le parcours inverse…

Et c’est la nuit suivante, après une journée vécue, farouchement cloîtré chez lui, tel un somnambule, nuit déjà bien avancée, le même bourdonnement ayant repris, au-dessus de sa tête, qu’Heel extirpe du foulard habituel dans les plis duquel repose Adolphe, son six coups, pour l’armer au hasard de deux balles et finalement la braquer sur lui, à bout portant ;

Ainsi, le Point Zéro se trouvant juste atteint, au déclic de cet arme.

S’amorce, le lendemain matin, toujours avec son écriture, sa lente, progressive reconstruction, avec son départ;famille, amies et amis, travail livrés à un abandon qu’il croit définitif; sous la forme d’un départ pour l’Abbaye de Solème, en France voisine où il a décidé de se faire moine bénédictin. .

p1000830

Encre et brou de noix inédite;

Heel à la veille d’atteindre le Zéro Point

Une réflexion sur « Auto Portrait Genésien: »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *