Ce qui lui plaît le plus, en vous…

Ce qui lui plaît le plus, en vous, sachez-le sans des tours de quelques casse tasses, ce sont assurément, vos telles naturelles aises ; ces crissants, entre autres, croisement, quasi millimétrés, de jambages et jantes, minutieusement élaborés, tout comme au quart de tours; gainés de nylons fins ; aux couleurs et parfums si troublant de vos chairs;

l’implosant aux étoiles de vos cieux distendus ; en leurs gouffres épars, vastement distendus.

Ce qui le grise, de surcroît, si si, raturez-vous, en d’autres faces comme piles, mais tout comme il se doit, toujours vous concernant… vos bouches enfiévrées, pour ne point les gommer; pas davantage l’une, oh mais en corps, que l’autre ; incapables de ne rien leur cocher ; aux lèvres par telles amples, et charnues, à ravir ;

voiles ici ou là, toujours tout comme accidentellement tirés sur le vorace éclat, pour certaines d’entre ailes, de vos dents carnassières; vos gracieux menus pas, cliquetant ci et là, comme, au mieux, aériens;

vos dessous sans dessus, ainsi que le contraire; voire sinon de tout juste deux sous; vaporeuses nuisettes, portées encore un peu, mais sans trop y danser, plus qu’à d’autres histoires ; que l’on agiterait, pour de proches départs;

vos girations soudaines, impromptues; emmanchées de guingois; en apparences, naïvement déboussolées ; ainsi que tant d’oiseaux le feraient de leurs ailes pour ne choir de trop haut;

vos gracieux hauts ébats, émis de las en os ; tantôt en bas de soie, ou bas en haut de formes onctueuses et fermes; exhibées sur les plages, tout ôtant qu’en vos couches; comme on porte mitaines; d’un corps prétendument éteint, chandelle que l’on douche d’un juste bout de doigts si faussement distraits; couvant ses feux de vives braises…

vos coupes inversées, de laits tiédis à feux de paille; bouillies au vins taris ; d’autres douteux soleils; pour étancher ses soifs et gaver toutes faims.

Ce qui lui plaît, vraiment, le plus profondément, en vous, vos bris de gorges chaudes lancés à ses endroits et tous autres envers… les plus virevoltants;

coupes de ces vins âcres, prétendus rêches au touché, plus revêches en corps; brassées à plis de draps, à quelque autre douché; aux acides couleurs comme arides aigreurs de vos chairs invécues; et puis à vaines mains, pour ces avènements promis aux lents demains;

Ce qui le grise, en vous, à quasi bout ferrant… vos yeux de biches creuses, évidés à gras seaux; essoufflés océans aux relents de ruisseaux; ces miroirs indispos où tant d’autres reflets étrangers à l’histoire, en leurs confins, enfouis, à tout jamais égarent l’oeil tout ôtant évasif que des mieux affûté qui, las, à ses risques, dépends, s’y risquerait, ne fut ce qu’effleurant leurs si fêles surfaces;

vos peaux de pêche verte dont se prend le noyau, plus revêches pépins en dévers de la gorge; vos rêves assouvis tant aux dépit des siens; battant tout aussi bien chamades que retraites, voire abstraites campagnes;

plus molles songeries, moroses à souhaits, à la mode du jour; vous conférant ces airs tels souverains d’élue ; acquises, sans vertige, aux cimes acérées de l’humaine pensée, tout comme, en corps, en ces gouffres marins ne rendant plus leur proie; aptes à soutenir les plus féroces, comme voraces de tous sièges;

… et vos pois écossais que l’on égraine en douce aux grès de printanières, estivales, jusque automnales veillées; en quête d’un hivers qui tant se fait à tondre;

vos mains à quémander, comme, au coeur de désert, on escompte une pluie, ne fusse que rosée ; en guise d’autographe, voire quignon de grain sec, viatique de déroute; tardivement ferrées, ou fraîchement enjolivées ; aux plis défaits de ces lins seuls, indélébiles maculés, enfermant en leurs coins de quasi désormais las plus que légendaires toutes virginités…

Ce qu’Heel adore, mais voui, ces défaites ourlées aux parfums assidus de vos apparemment fort intimes émois infiniment perclus; disposes sur vos coeurs, plus à vos aises mais, en corps, qu’en de cossus sofas, engoncée à ravir, jambes et bras offerts, entre autres toutes choses; en essaims épandus aux entoures enfumés d’une tasse de thé ; au chaud laineux déjà de cliquetants tricot… bientôt tiède, glacé.

Que danser, mais dès lors, de révoltes feutrées, issues de tant de mots… verbiages susurrés, de lèvres à groseilles, en de fuites si molles; de toisons effrangées, mais tout juste au passage de ces sourires jetés comme poignées d’oiseaux redoutés migrateurs; d’un bout de lèvre dédaigneuse, le spectacle évoqué, d’un juste bout de doigt, sournoisement violé, de baigneuses au bain…

Tout comme les effets de son café très noir du soir, juste avant son couché, ce qu’Heel adore, en vous… le chapelet de ses nuits noires ou franches comme blanches, tels incessant que grains que l’on touille à ravir, d’intarissable sablier; noire… moire… sur clos volets.

derniers réglages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *