La Crypte: Photo:

D’autres barrages sont franchis un à plus, de la même façon, au long d’un tout juste boyau qui s’enfonce dans les profondeurs des sous sols; la jeune fille toujours sur les pas du petit groupe armé encadrant étroitement le jeune homme effondré; aux embuches et aléas, contours, rampes et volées de marches bientôt brinquebalantes, émoussées; d’interminables couloirs, corridors et plus étroits goulets longuement et sans fin parcourus.

En guise de prise d’air, celui qu’elle escomptait, de l’extérieur, on lui impose cet autre moite, humide, étouffant, aux relents de salpêtres moisis, issus des profondeurs de plus en plus souterraines de l’immense et complexe bâtisse;

Ce n’est qu’après des heures encore de marche, descentes se succédant, lui semble-t-il, sans fin, que le petit cortège débouche enfin au coeur immense, bourdonnant de gigantesque crypte sur le seuil de laquelle Jehane se fige.

Aussitôt violemment éblouie par les jeux conjoints et parfois conjugués, croisés des feux de mille projecteurs, dont son oeil, après tant de ténèbres affrontées et subies, peine à s’acclimater.

Surprise ensuite par la multiplicité de toutes ces petites comme plus vastes fenêtres lumineuse disposées partout autours, l’une ou l’autre d’entre elles, portées aux dimensions gidantesques écrans occupant toute la largeur et hauteur d’enclaves disposées sur l’ensemble de la monumentale crypte; dispensant une étrange lumière bleutée, fade et tout comme aseptisée.

Lumières parcourues d’images aussi furtives que fuyantes; signes cabalistiques et abstraits hiéroglyphes défilant à la vitesse de l’éclair; chacune d’entre elles juchée sur une solide console d’où s’échappe une multitude de câbles et cordons de tous calibres inextricablement emmêlés.

Pucelle plus petite encore, écrasée par les immenses écrans muraux, brillants de cette même froide incandescence, ornés d’étranges motifs géométriques mais aux contours torturés, apparemment gratuits, dessinés par les allées venues de quelques insectes pris eux aussi de boissons, ponctués et zébrés de points, croix, flèches et pointillés se recoupant partout.

Mais elle se ressaisi, s’élance à nouveau à la poursuite du petit groupe, fendant, pour le rejoindre une foule compacte, dense, heureusement pour elle, occupée présentement comme des plus fébrilement à de tout autres tâches aussi diverses qu’incompréhensibles, que celle de lui interdire, ou du moins le tenter, le passage; groupe qu’elle réussit à joindre alors juste que le jeune puceau, au bénéfice de quelques forces recouvrées, échappant au contrôle des gardes, escalade un escabeau, se passe une corde au cou; rattrapé de justesse par l’un d’entre eux alors qu’il s’apprêtait aussitôt à se lancer dans le vide;

: – Attends, petit! Nous avons mieux, dès maintenant, pour toi;

: – la hache double?

: – la tronçonneuse?

: – l’empalage intégral?

: – Le chalumeau? Voire, ne lésinant sur les moyens, lance-flamme?!

: – Courant alternatif poussé jusque aux plus hauts voltages?

Chacun des autres qui le maintiennent maintenant solidement lui proposant leurs propres et personnelles gâteries. Gentiment on le plaque contre une planche à bascule brusquement rabattue;

: – On ne devrait pas te le dire, le faisant cependant tout de même, ultime fleur offerte des plus aimablement par la maison, convaincu mais déjà que tu sauras des plus assurément tenir ta langue;

: – Une toute nouvelle machine baptisée, sans trop savoir pourquoi, l’idée nous en étant passé brusquement par la tête, lui étant justement consacrée, grignotine!

Une d’entre elles roulant au même instant pour venir choir dans le panier à saumure disposé pour la recevoir; juste à côté de celui, encore vide, offert déjà pour la sienne; après un bref sifflement de l’immense lame venue, sans siffler gare, couper la parole et le reste, tranchant les derniers mots lâchés par leur ancien propriétaire;

: – Ils attaquentPerle, à rebours!

: – Quant à toi, mon chéri, qu’as-tu donc à nous annoncer, avant de faire de même?

: – la colline trois cent quatre vingt sept vient d’être prise.

L’inquisiteur, que Jehane découvre mais alors seulement, sous les traits d’une longue gigue gauchement emmanchée dans les plis élimés de bure monastique, sandalettes de cuir, qu’elle reconnaît en tant que Leuhr, au tout dernier moment arrête la main du bourreau qui, machinalement, l’habitude étant prise, allait déclencher le mécanisme;

: – Mais c’est juste, petit! Nos troupes, une fois de plus victorieuses l’ont prise, cette foutue colline; ont se demande d’ailleurs bien pourquoi, puisque ne correspondant à aucun de nos critères secrètement stratégiques;

: – Mais alors, j’ai la vie sauve? Je peux vivre! Mes dires recoupant enfin ceux de vos aussi foutus téléscripteurs!

Déjà il se redresse, tente de se dégager;

: – Un instant, mon petit! Tu as bien dit qu’elle était prise?

: – Mais oui, je vous assure! Puisque j’y étais, à son sommet enfin nettoyé comme atteint, tout aussi sûrement que maintenant sur cette tant inconfortable planche!

Etourdi de bonheur, lancé dans les plus délirants détails sans que personne autours ne puisse le faire taire; trop heureux d’échapper, mais lui seul, à un sort pour lequel, depuis longtemps il s’était fait une raison;

: – Pour la première fois, je vous le jure sur cette tête qui faillit fort se faire tronquer à tort, j’y ai vu flotter à son sommet nos reconnaissables, souveraines couleurs.

C’est la première de ces multiples têtes, sans doute unique fois que le panier prévu toujours à cet effet, sur un geste des plus anodin du long moine, recueille tout aussitôt après une tête là mais oui franchement souriante, pour ne pas dire hilare.

A Jehane qui s’interroge quand au pourquoi de la chose, ce courrier ayant décrit la vérité, le moine s’en explique;

C’est vrai, ce petit avait fait correctement son travail! Mais, malheureusement pour lui, le temps qu’il nous en fasse part, cette foutue colline était, entre temps, retombée aux mains de l’haineux mis!

La Crypte: Sise sur les Berges du Grand Fleuve Anastase: Faisant suite à tout l’ensemble parcouru, maintenant, des Hôtes du Château:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *