Speety:

Speety :

Né d’un projet établi par l’auteur, qui devait précéder les suivants, eux destinés à reproduire de façon auditive les rythmes, celui-ci, de façon elle visuelle, devant reproduire toutes les valeurs musicales ; selon ses vues, cela de la ronde jusque à la double croche.

Et qui se met à tracer les lignes de ses plans ; envisageant la confection de deux disques de bois contreplaqué destinés à être perforés de petit trous, de façon absolument identique. Pour y parvenir, disques tenus plaqué l’un contre l’autre par des pinces.

Le premier de ceux appelé à demeurer fixe ; le second mu mécaniquement. Ainsi, la valeur la plus grande, perforée au plus près de l’axe de ces disques appelée à ne paraître qu’à chaque révolution complète du disque mobile ; sa moitié à deux reprises ; son tiers (valeurs de triolets) elle trois fois; et ainsi de suite.

Toutes ces autres valeurs perforées en s’éloignant progressivement de l’axe central. Cela jusque à la double croche elle perforée tout à l’extrémité du disque, aux trous alors pratiquement juxtaposés sur tout l’entier de son pourtour.

Une fois tous les plans établis, il ne restait plus à l’auteur que de les mettre en pratique ; simple formalité ? C’est ce que cet innocent envisageait ; contraint de rapidement déchanter. En s’apercevant que pour définir, sur son disque, après la ronde, (valeur la plus grande ; 4 temps), les deux blanches, (valeurs 2×2 temps), voulant inscrire un triolet de blanches, leur valeur dépasse le pourtour du disque ! Pourquoi donc ? Mystère ! Avant de réaliser que, chaque valeur pouvant être pointée, la plus grande n’est pas la simple ronde, mais bien la ronde pointée !

Auteur qui efface tout pour recommencer à zéro, avec cette nouvelle valeur de ronde pointée (4 temps plus la moitié, c’est à dire, 6 temps)

Seconde tentative, pour les mêmes raison aboutissant à un nouvel échec.

Réfléchissant encore, en quête de solution, il réalise encore qu’en musique, chaque valeur peut être double ! (double ronde, donc 8 temps) Tentative de plus pour un nouvel échec !

Ses méninges ainsi remises à contribution lui rappellent une fois encore que chaque valeur peut être pointée ! Donc, la solution finale est de reprendre ses calculs avec cette nouvelle valeur de double ronde pointée, (8 temps + 4 temps = 12 temps) Supposition confirmée d’une part du fait que la musique se compose de 12 tons, ainsi donc de 12 temps !

D’autre part, lui revenant le souvenir, en tant qu’organiste, de partitions musicales utilisant la note carrée ! ( Ronde double,disparue dans son utilisation, ensuite) Elle aussi, pointée, équivalant à 12 temps.

Et tout alors, enfin, comme miraculeusement, se met en place, permettant à cet auteur comblé de mettre à exécution son projet. Pour mouvoir le disque mobile, relié par une fine courroie au plateau d’un tourne disque à 4 vitesses.

Projet, jusque là, et parvenu à terme, non encore baptisé. Son nom ne pouvant que s’imposer de lui-même, pour la toute première fois, lorsque il le met en marche; pour découvrir, époustouflé par ce spectacle, un festival d’étoiles en forme de feu d’artifice, évoquant les contractions et dilatations d’une méduse ;

: – Speety ! C’est à dire espace-temps!

Mais ne correspondant pas tout à fait à ses vues de départ. Rotation de ce disque beaucoup  trop rapide; le ralentissant au moyen de poulie démultiplicatrices. Pour un résultat non encore satisfaisant.

Auteur qui décide alors, de façon radicale, plutôt qu’à ce tourne disque, de relier le sien à l’aiguille des minutes d’un vieux coucou, seul rescapé de sa défunte cambuse et dont il rallonge encore au maximum le balancier.

Le résultat final obtenu jugé alors parfait; l’apparition et dissolution des petites lumières pouvant à peine se discerner à l’oeil nu, quasi imperceptible…

Terminant son oeuvre au moyen de petite tiges de verre colorées, rouge bleu, vert, jaune.

Pour admirer cette sculpture mobile, Speety, durant de longues heures… C’est tout à ce spectacle qu’il assiste ainsi, très lentement et progressivement à l’éclosion, apparition de la valeur la plus importante, impliquant ainsi, sous la forme du bouquet final de ce feu d’artifice, la juxtaposition totale de tous les trous des deux disques, le mobile et le fixe; et c’est alors un saisissement total lui faisant stopper aussitôt l’appareil en immobilisant son balancier:

Confronté brusquement à ce logo moyenâgeux de la représentation divine ; le triangle, (multiplié, en forme d’étoile) dans le cercle !

Illustration encore parfaite de l’Espace Temps.

Pour terminer enfin, comme il le fait toujours, chacune de ses créations étant basée sur un chiffre, son livre des symboles ouvert à la page voulue, consacrée au douze ; dont il lit la définition ; « Espace-Temps » !!!

Speety en action

Une réflexion sur « Speety: »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *