A Jean-Michel Mayor: Soleils: Photo:

A Jean-Michel Mayor… à vains temps, mort…

Ainsi débute un des poèmes consacrés aux Soleils; au nombre de soixante, illustrés par l’auteur…

Un parmi les trois autres amis, dont son plus jeune frère.

Suicidé à l’âge tout juste de vingt ans; cela sans aucun message d’adieu, pas davantage qu’une quelconque explication à son geste désespéré. Lui représentant, pour cet auteur, l’Ecriture.

Son ami pianiste Pierre Aegerter, lui représentant la Musique.

Son petit frère Jérôme, la Peinture.

Enfin, la jeune Yelsha, à qui l’auteur, après Anou, Céline, Julien et Claudius, leur petit chat, elle représentant l’ensemble de ces pratiques artistiques.

(Extrait du Recueil de Poèmes Soleils)

Agent miguel, major, à vains temps, mort, comme on s’en mord mais trop tardivement les bois;

ces flots de rires dévergondés, quoique grinceux, parfois, ou très audiblement forcés en leurs rupestres engrenages;

: – Comme le clown errant, faux brigoler! le clame t’Heel,

à ses mouchoirs; mais quoique quant à oeufs, sans trop en faire un tas, s’en gerçant l’oeil à trous de gras,

ainsi que d’autres rivés à leurs devoirs, sinon fours et boudins, ou plus rétives casseroles…

Ponger les drames à la rame ou la rage, comme à coups de ces rires tant plus énormes que préfabriqués, mais toujours de ces eux!

Faut rigauler, n’est-ce point, dis, juste avant que l’essieu nous échoie sur la crête; quasiment à l’appel, au plus tort d’occiput!

Pour pimenter la dose, quasiment sur l’entier si scabreux de la bête; gigoter tout de même, fort ainsi de la panse, alors tant que la clause est, dès lors, consommée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *