Broutage du Lilas Sauvage

« Lilas, le lit Lallo, ou peut-être Lulli, en leurs édits les plus obscurément posthumes,

« sa massive absorption quasi systématique à tous égards, ne relevait-elle point, que l’on le sache tout comme encore le cache, de l’exclusif fait de ces boucs promus émissaires;

sinon celui de combien plus encore abrasif de meutes angéliques, plus encore acharnées à la tâche »;

: – Mais, de toutes rations, le clame-t-Heel à l’encontre de ces deux premiers, creux m’en chaud, croyez-moa, tout ôtant là que glace à la glaise, puisque tant en effet, tout ce glas m’indiffère, ce jusque au plus gras coin;

puisque, de mieux encore, s’efforce-t-il de poursuivre, en son essence ici quasi monumentale, me le suis laissé rire, plutôt extraite à la pioche, par d’autres troupes de forçats bénévoles ; sinon fort mieux encore de fossoyeurs confessionnels.

Heel le croit, en son tort intérieur, penchant jusque à y choir définitivement pour la suivante de ces dissolutions, quoique des plus fondamentalement hypothétique à flous brins;

car, des plus virtuellement, en effet, un arbre prochement voisin de ces lieux de carnage, voire quelque chose d’accrochant, lui ressemblant fort fort, tout aussi près là d’un champs florissant de tant d’autres cyprès, avait lisiblement ses branches aussi bien intérieures que torses toutes enchevêtrées;

en nombre encore jusque des plus inqualifiables, émises pour l’instant en supporte chapeau aux normes de cerceau ainsi que ras de forme, dont aime à se parer quasiment à l’ennui l’être que l’on décrit volage ;

: – Fleurs ainsi dites de lilas, pour revenir à ce premier surjet, vous étiez donc ainsi de toutes les couleurs voire formats jusque les plus invraisemblables, ainsi qu’essences olfactives ;

subtilement parées, quoique très indisposes, promues mais de combien au fatal holocauste, aux faims de tenter d’échapper ainsi, aux allures de toutes fleurs que celles de ce fâcheux lilas, à cet effroyable carnage broyeusement mandibulaire encore exécuté aux sons tonitruant et rauque du cor,

plus revêche olifant, hurlés du fond des bois, tout là que romantiques;

toutes terres à leurs plus éperdus entoures retournées aux labours de cris et bramements

proprement indicibles;

ces fleurs ainsi voracement cueillies en gerbes d’apparat, patiemment mastiquées, non encore seulement digérées à leur juste mesure, tout au mieux que saveurs, qu’aussitôt prestement dirigées, leurs juste résidus qu’expulsée vers un bas naturel propre à ce genre de fin.

le somptueux carnage se poursuivant sans frein, d’une ici fêle aurore des plus parfaitement indéfinie

jusque à de plus encore tant vagues comme ombreux, souverains crépuscules, de nuits encore sans dunes, autres jours survivants, sinon jusque à ces heurts, précédant de fort peu une retraite enfin aux flamboyantes torches ;

en suite, mais ainsi très plus tard, ces toujours identiques essaims autres troupes de plus survenues en renforts, de prédateurs repus, sinon jusque gavés de ce pantagruelique broutage, fort en faim, sainement assouvi, en ruminant les miasmes, aux fortuits aléas de rêves sirupeux, chacun, lors, en son lit, comme tout autant que las, cuve les sourd relents de cet intempestif broutage, pleinement assouvis.

p1020084
Autres tout de même brouteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *