Conte du Samedi

… et Samedi:

Aller et rebours:

Une traverse de chemin, non conventionnellement de fer mais de mer, au dévers d’une voie présumée de barrage, ainsi vaque à l’ennui et ce jusque à qui ne voudrait l’apprendre, tout autant par le coeur qu’au sérieux, pas mieux que le cueillir, tant la chose, bien dur, évidemment s’entend, son grince, désœuvré, mais tout de même vague à l’âme;

un gras colimaçon, lui qui rame à ses basques, sans ne tergiverser lors de plus ostensible ration, abondant en son sens, puisque par tel unique;

la lune détoilée, pour ce genre d’occasion, de par telle outrageusement féminine, un peu pour se distraire, effiloche le temps, mais sans y prendre grade pour ôtant, par trop s’y consacrer;

l’araignée d’un espoir, autrement vue, du noir, avant qu’il fut rompu, rembobine son fil, ainsi le tire à soi, aux émois d’une mouche, prise à son autre bout, ainsi donc le mauvais, aux agrès de si proche infortune, souriant jaune, tout de même;

un trombone, en coulisses, en rythmant à mesures, ainsi que contre temps, l’inéluctable comme globale, pour bientôt, toute déconfiture;

sur l’aquarelle d’un damier quoique n’en menant large, un mille pattes très ostensiblement efféminé, lui joue aux dames avec un cancrelat mais qui ne triche pour autant;

herbivore, à ses heurts, un serpent à sonnets vivement venimeux, se lance à corps pourtant perclus à la pourchasse de quelques veuves rimes telles enfin inédites; en faisant, pour ce faire, aux accents de tocsin, tressauter ses grelots;

aux tels flots mais ainsi de dormeurs éconduits, prend à sa charge un ver parmi les mieux étourdiment luisant, aux émois d’une lune qui s’en voile sa face jusque la mieux abondamment achalandée, suppléant à l’autre astre justement endormi, pour faire d’une nuit blanche, quoique fort impromptu, le plus étourdissant des jours;

de dépit, le serpent, acculé à de telles sornettes, sa farce déjouée, à défaut fort de doigt, comme c’est très couru, s’en dévora sa queue, ne lésinant sur des moyens, quoique par si réduits, mais là tout aussi qu’elle et tant ce qui s’enfuit, jusque à ras d’oesophage;

séchant soudainement, le pourtant si savant cancrelat, par trop imbu mais jusque là de sa science infuse, à de pareils éclats, effusé de par trous, se vit finalement réduit à plus qu’état de poudre mais jusque encore impropre à se déjeter aux cieux;

déçu d’être esseulé, ce par tel éperclus mille pattes les prit toutes à son col, sans espoir de recours; à jamais disparut sans ne laisser par dévers soies jusque à la plus infime tresse;

quant à ce là toujours identique ingrédient, le trombone, qui fut, à quasi triple, sinon sextuples croches, gagne d’autres coulisses qu’il couvait depuis creux en son sac à varices;

un anonyme cheminot, quant à lui, écrasant au tassage quelque colimaçon qui le lui rendait bien, avant son âme, au vieux, à la mine si propre, en guise de couleuvres, à gober des traverses, aux profonds désagrès de celle découverte, seule demeurant à bord, ou quasi de si presque, tout de go, là le fit;

un ange de passage, au détour de celui, d’une cigale de tantôt, prit la gale sur lui, abandonnant la scie à l’araignée d’un soir, qui, n’en sachant que braire, de fort loin fine mouche, mais en un premier temps, profita du second pour tronquer au plus gourd le fil de cette histoire;

eh bien voilà, petite soeur, qui était triste, ce soir las!

Le conte y est, je crois, assurément le bon, selon les ronds avis;

puisque, selon les incontournables préceptes de son saigneur, toute plume au repos, quant à celui de plus mais cependant de trop, puisque alors du dit manche;

Pratifori;

1950 Sion;

12 11 66; 23 05

ecritue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *