Heel vit: Extrait du Recueil poétique Marines:

Heel vit; à tout le moins, toutefois, à défaut de toutes controverses apparentes, le lui semble-t-Heel, dès lors, sans ne tergiverser de plus, se l’édit;

Heel donc vit! Sans pour hautant ne l’affirmer trop fort, comme résolument ; imposer à fous cris aux entoures susceptibles d’y prêter attention, tout comme indisposés à ce genre de détail .

Sans qu’il en eut des plus minimement conscience, soucieux de n’en faire un, à tous tris, le vouloir; de plus ou moins irréfutable preuve, plongé au coeur des incandescences et torrides vapeurs de l’une de ses pipes vouée toute à ce genre d’incessant de labeur ;

assumant sans vergogne cet état établi de fumeur passionnément invétéré, dont la vie mais dès lors, en ses primes aspects, s’embrase sans retours, toute ainsi, à son tour, emportée dans des flots de volutes bleutés…

Nocives, lui dit-on, entre autres toutes affres parmi les plus rédhibitoires, pour ses douillets poumons, de combien affaiblis par tant d’ans, si ce n’est jusque siècles d’un incessant et forcené usage .

De moustaches au menton, une barbe à fleurie, ainsi ternie, jaunie, par leurs inévitables résidus.

Ainsi donc, bravant comme narguant toutes semonces, interdits, du gosier, et jusque à ses tréfonds, en passant par ses emplis naseaux, pour atteindre, à leur tour, jusque aux infimes comme intimes entrelacs cervicaux, se poursuit et propage en vigueurs là tant sournoise comme totalitaire, son irréversible, globale consumance;

de ses quelques cheveux, si rares rescapés, plus que feux, cendres, braises, résidus de broussailles, passant à ses torves et bientôt calcinées, jusque entrailles, à ses neurones essoufflés ; pour conclure, inclus en leurs sabots, à ses pieds plats et bots ; de tout ce qui fut lui, chairs et os y souscrits, même pas conservant les relents de pourtant convenante, de poussières, communément réduit.

Dès sa prime naissance, il le lui fut pourtant combien abondamment prédit ! A tant brouter sans frein, les herbages à Nicot ! Acculé, maintenant, de sa voix de fausset, à ne plus que par si juste le murmurer ;

: – Au sana! Au sana! Au plus haut des essieux !

Las, pour lui, le moins beau de tous lieux!

A l’exemple d’un Autre, là, du haut, lui, de sa croix, si pesante à porter, que bien plus de trois fois, il croula sous son poids, ne pouvant que râler ;

: – Oh pairs! Pourquoi m’avoir ainsi, à mon tel triste tour, des plus éhontément lynché?

Par la farce des doses, sans relâche, inhalées, contraint de reconnaître, le conséquent amas de telles décrépitudes lui ayant croulé, à grands bris d’os broyés, sur le dos ; avec le bois dressé, cloué, par tel à vif, en dresser le funeste constat.

: – Que votre volonté soit fêtes ? Tout est désormais, et de combien définitivement consumé !

Une réflexion sur « Heel vit: Extrait du Recueil poétique Marines: »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *