La Cuisine au Riz Bleu:

Ladonzelle: – Aux grès z’ainsi de par telles évidentes apparences, tu sors, mari zélé, à défaut de chairi; voire plus explicitement, sors-tu? Pour peu que ce fut voui, dans ce cas s’et pour l’heurt, ne craindrais-tu fort point d’oublier au grabat qui gît là, en guise de telles douteuses et puantes couches, ta commune couronne, voire casquette à six cornes, emblème du mammouth, te seyant cependant quasi jusque à gravir, patron haut patenté autant qu’invertébré, vénéré comme tel en assourdissante sourdine par ces foules, des clos culs?!

Marrizélé: – Donzelle, mon amante et sus, quasi aimante ainsi que réciproque amie, mais alors tout que d’Al Capone, m’étant de jour comme de vie d’un très si oh secours, mais bien dur, voyons, que je sortais! Pour ce qui concerne ce qui est de ce si majestueux capuscule, point n’est-il en ces lieux que tu dis, gourde carpe enfumée autant que déssalée, négligé de ma part! De par si mieux céants, selon ses propres choix, à sa fort préférable place! De surpoids, qui mieux est, costumière, c’est à voir, sur sa perche adéquate, fastusement sustendu, son dos rond mis à l’air!

Ladonzelle: – Halte-là, mon roux sire! Je maintiens  fort mes ires! Oubliant en ces lieux dans lesquels, sans toi, il n’a que rien à foutre; fort ainsi qu’à mes chausses, pour creux que je ne m’abusasse un crin, délaissant, te le hurle à nouveau, votre oblong opuscule;

N’ayant eu ce tantôt que juste mot pourri; aux stricte faims mais de te démontrer par ce proche fort fait, par son absurde le plus conséquemment intense, ainsi la concrétisation quasi jusque palpable de ton irréfutable et de combien acquise absence me tenant haut t’à coeur, ne sachant aussitôt que vivement s’ensuivre!

: – Savoix: – Puisque déjà, comme tu ne peux, conséquemment, le voir, très fondamentalement disparu, c’est, ma foi, fort bien vrai! Ainsi que par en corps si pertinemment décrit, tout ôtant qu’observé! Mais où avais-je ainsi donc, aux grès de multiples et vibrants incident, entre égaré ce membre convenant à ma  dityrambique personne, en guise de super occiput?

Ladonzelle: – Mais à mes pieds, voyons, vous le rebrame-je à trous de glotte, tout comme ainsi tonnant, rugi jusque de la suie des temps!

Savoix: – Aux clameurs endurées, tout aussi vibrement, vous le crie, mais fort foin de frayeurs là non d’ôtant de mises, ma rousse mie de croûton rance! Avant que de m’enfouir à la poursuite souveraine de mes, tant en faims propres basques! Aux grès de toutes vos plus effervescentes aises, vous laissant vous livrer crocs et âne à vos sempiternels fourneaux; vous abandonnant, en gage de toutes mes passions à vos monumentaux endroits comme tous autres et multiples envers et côtés, ce coquet appendice me servant, à l’occasion, d’occiput; Reposant tout son saoul à vos telles plantureuses basques.

Ladonzelle: – Par trop heureuse enfin de vous savoir au loin jusque parmi les plus lointains! Mais point n’en veux, sachez le donc tout aussi rien qu’en poudre, que de ce par tel foutu fatras, quoique par tel attentionné marri, je m’en bats le ras ventre! Et vous crie de m’ôter ce navrant couvre chef de mes vues qu’il offusque! Pour ne dire vous le hurles-je! En sus de tant de restes, hottez mais moi ça! vous le brames-je à tue miennes!

Lamain: – Apprenez fort ainsi, mes valheureux avis, ainsi que vous, Donzelle de mes trois, que tout acteur qui se respecte vit aux dépends de ceux qui se le goûtent! Et cela sans le plus pingre quasiment de tous doutes. Ainsi, comme vous pouvez le voir, main comme bras se saisissent de l’objet litigieux de vos par tels bruyants ainsi qu’outrés verbiages, pour disparaître de vos vues et toutes autres ires! Avant qu’elles ne dégénérassent, qui sait, en plus frappantes et contondantes manifestations manuelles tout hautant que pédestres.

Ladonzelle:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *