Nous étions occultés… Extrait de Marines:

Nous étions occultés tous deux, à la cueillette intempestive de l’éléphant supputé caucasien ?! Ou peut-être, allez plus clairement savoir, birman, fleurissant à de telles ainsi que sans pareilles profusions; très familièrement campé, bien là de tout son poids n’étant à négliger, sur les hauteurs prétendues par les indigènes autochtones, Kilikatmanchouriennes;

Question de varier un peu le programme en cours, à la pourchasse elle plus aérienne de ballons sondes ; quoique, de préférences éventrés ; lourds, échus en ces mers Caspienne, ou Egée… en nombres, ici et là, fournis, tout aussi aussi rouges encore que noirs ; que nous truffions, pour plus de sûreté, à coups solides de piques, rince-glaces…

Nous étions, de surchoix, moi naturellement, lui avec plus de soins, imberbes ici de toute idée se pouvant préconçue, autre que celle de… mais, au juste, lors, quoi?

Nous courions, tressautant, à nue tête, hors d’haleine ainsi que toute atteinte; comme de tous leurs gonds par si malencontreusement, pour eux, cintrés ; jetés à la poursuite molle et douce du nénuphar géant; pour très proche, acculé, puis cerné, de par trous ; qui là, des plus sournoisement, se dégrisait alors en fleur mais elle infiniment plus anodine, hors tout que là marécageuse;

nous ceignions à ravir, nos poignets et guenilles de vipères andalouses, voraces et funestes ; de chétives élytres et bourgeons non enclins à quelque genre d’emploi; nous avions plein nos poches, de courants d’air divers, comme veufs printemps;

nous encornions encore, à coups rageusement lascifs, d’impromptus pléonasmes et autres aphorismes, les quelques escargots incidemment soumis à nos portées ; l’un ou d’autres d’entre eux, dont geignait la coquille, à quasi fendre grâce;

la pluie indo turquoise ébouriffait nos songes ; décousant de fil blond notre fuite évasive vers ces autres pays, prétendus effrangés; voire jusque prétendus par tous autres, en tant que légendaires; et dormions, mais toujours, la chose allant de soie, sous l’étoile assumée, longuement recherchée, parmi tant de telles autres d’entre elle, assurée la plus belle ; et puis, dès lors, tirait jusque à ras de menton, comme en guise de draps, plus douillet édredon, tout le ciel autours d’elle ; nous engrangions nos rêves, irrémédiablement piégés, en nos filets de plumes…

parfois, nous regardions, tout amusés, danser les heures, pour nous distraire, à cloche et croche pied… prêtant une oreille quoique souvent distraite, en lentes litanies, en leurs stances mornement identiques, au grelot des saisons…

Nous étions nés divins, les pieds chaussés de bronze, tout comme encore d’argile ; aussi, n’insistez point, à tous cris, pour qu’enfin nous nous joignions à vos si mornes et pitoyables rondes! Qu’auriez-vous donc de mieux, à pouvoir nous offrir?

Une réflexion sur « Nous étions occultés… Extrait de Marines: »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *