Prénom 1

Désuet médaillon que nous lègue un autre âge,

rejette de son cours, de ses flots retirés,

aux ressacs, écumes ourlant quelque anonyme plage,

sans un mode d’emploi;

 

objet dont fut, juste trouvé, perdu le coutumier usage?

Ou simple point, tiret,grossi, grossier de suspension … virgule ?

Voire plus résolument final, enfin d’une si longue histoire

qu’elle n’en comporte pourtant … point?

 

Oeil ouvert,

à défaut de grenouille, dit de veuf,

ignorant le présent, au plus large sur de flous, impalpables futurs,

au travers, froid, duquel, sa rétine glacée, le passé nous épie…

d’entre deux pans de tulle aux tons fanés, pastel que l’enfant tient fendus;

 

égarée, seule toute, hors de temps distendus?

Sans fin, spirale dénouant ses méandres fusés

de dissolus néants aux ressacs frangés en fuyants infinis?

 

Par cette liturgie de l’écriture, acquis sans même ne l’avoir voulu vraiment,

quêté le mythique passage au-delà de miroir dont maintenant s’écaille mais pour d’autres le tain?

 

Déjà n’ayant d’eux tous plus que verbe froidi fleurant à sa surface, étiolé nénuphar

de parade funèbre, à leurs reflets, fondue ?

 

… Evasions vers ces champs, labyrinthes ouverts aux fumets de labours, à cent, voire mille voix, offerts, gisants sous la pelisse tissée de tant et plus épis vermeils?

 

à Carroll

Alice

cap0401

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *