La Chemise de Suif: Roman:

Lange:

… tous comptes alors faits tout aussi radicalement que rats, voire portées autrement remuants de zébus zandalous, la toute première de toutes fois où cet Harald à la mine quasi de mi carême ou autre jeudi maigre, de surpoids, farfadet personnage eut le loisir, à la Pinte Farcie, le Canard Embrumé, voire Python Circonvexe, ou que sait-il encore parmi tant de tavernes disposes quasiment à tous angles de vues, insanes bouges de tous bords et calibres, voire autres tranche gorges, louches estaminets dont l’assidue, sinon jusque acharnée fréquentation faisait son quotidien quoique exclusivement nocturne, qu’emplit sa fort chiche besace, à défaut de fortune, de frustes quelques sous ;

aux grès de ses allures, enfumé et poisseux, tel que coques de poix sur des flots de combien éthyliques, autant que démâté, aux hasards de rues borgnes, sombres et dépavées venelles, voire impasses comme tranche garrot, y ayant, à la carte, voire insigne ticket, ses entrées, toutes aises, hoquetantes sorties, un alcool à outrances éventrées à l’ennui, la chope ou le pichet, si ce n’est la barrique à portée de ses faims, tout ça pour quelques vers, voire frustes asticots, mais en sus de tant d’autres emboutis de surcroît, sans housse comme haut col, aux dévers de cravate pourtant qu’il n’exhiba jamais,

en couple alors, pour ce genre impromptu de chevrotantes déjections orales, avec un gratteur de guitare, voire quelque chose de plus ou rien, sinon mieux accrochant, tout aussi mal que bien, y adjoignant ses vers, lorsque Luce et pusi Lange paraissent ;

Aussitôt embranché sur de neuves tirades, envolées quasi de toutes cordes aussi vocales que celles de grinçante guitare ;

: – Mais qu’est ce qui te prend ? D‘abord c’est pas à notre tour ! Et pi j’suis pas s’en doigts !

Lui geint son compagnon, maugréant en sa barbe ;

: Vas-y lors de tes poings, car moa je suis en voix !

Il l’était, il est vrai, éructant des accords à écorner les veufs ! Lui contraint de beugler ses rengaines pour en couvrir les insoutenables éclats ;

Extrait tout exclusivement de l’amas de ces foules agglutinées et se bousculant autours de leur estrade, arrimé de tous yeux à cet Ange et puis Luce, occupées pour l’instant à se faire une place à une table proche, avant, mais voui, non il ne rêve pas, de leur prêter une oreille tout comme intéressée !…

quant à lui, toujours soucieux d’étouffer les ébats distordants de grinçante guitare, élancé de tout coeur dans l’improvisation de stances se voulant de circonstances, adressée tout exclusivement aux endroits de cet Ange !

: – Elavé!

Dédié, à l’exclusion de vous tous autres va plats pieds, pochards de ras étage, à quelque une là des plus adorable, égarée de ses cieux en ce bouge enfumé, aux relents éthyliques, qui fume une alumette;

: – Malgré les instances d’une caissière, elle n’avait point voulu abandonner ses ailes au vestiaire ; elle avait les yeux pairs, pupilles à mi graines, voire bouchons de clystère, mais ouvrant à ces plages que je sais de Cythère!

Elle lavait mon cerceau à ras seaux de javel, ravalant à drus flots jusque les pis voraces maux de faîte!

En y regardant mieux, eh bien faut reconnaître que c’est pas vrais du tout; elle avait les yeux bleu, d’un ciel de mi carême ; comme encore à coulisses ; voire encore point du tout ; en dévers de lunettes se prévalant alors quasi auto-réfléchissante; allons donc mais ainsi le savoir par trop exactement;

mais elle était bien là, ça je puis l’affrimer, ! De combien là d’hautant incongrue, en ce genre de sinistre comme tonitruant bocage, qu’un bourgeon de muguet sur l’écrin d’une soupe à la courge rassie !

Avait elle voulu voir, une fois dans sa vie, extraite de ses cieux, ce qui ses passe sur cette lasse terre, et plus précisément ce qu’il pouvait bien gire, en ce coeur enfumé, si crasseux là de bauge ?

Le message ayant passé, pourquoi ne le rêver, c’est ainsi qu’elle empoche ses ailes, tout comme le volage amant ravale son anneau, aveu de par trop ostensible antiques épousailles; et fouille en sa sacoche, du coin de ses yeux vert, à malices et tant d’autres diverses autres choses, un extrait de mouchoir, où noyer ses émois ; aux regrets de mon coeur, dont je clos, aux faims de préserve ses larmes, les ébats convulsifs.

L’Ange déchu:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *