Teha et Sohn: Photos:

Teha et Sohn:

: – Sohn! corvée de bois! A toi, Teha, celle de champignons ainsi que toutes baies propres à tout dessert convenant à ces lieux!

Aussitôt, tous deux, redressés, face à la double sommation de ce tel trouble fête de paternel, sans le réaliser, venu interrompre leurs joutes;

mais combien plus encore pour en inaugurer de neuves; autres phases de vues, qui sait avant mais d’en venir aux mains; et dont le champs, de clos qu’il fut jusque là, s’en va s’ouvrir prochainement aux dimensions de ces forêts aussi vastes qu’entières;

tout comme par hasard, fillette campée, jambes et cuisses entrouvertes, tout comme offerte, émise sans ne s’en douter, à portée de souffle mais de combien tronqué d’un colosse tapis pratiquement entre elle, enfoui au plus profond d’une évase robette tout au coeur de laquelle il s’engouffre; accueilli par ses jambes et cuisses plus généreusement encore ouvertes…

: – Eh bien, quoi?! C’est pour aujourd’hui ou demain?!

: – Mais on y va, oh là! Et pi y a pas le feu, que je sache, après tout;

: – Eh ne va pas si vite, mais voyons, trop fugace soeurette! Vive fillette ici qui se retourne sur son si gauche et pataud poursuivant; un rire qui lui échappe en de telles cristallines cascades qu’elle déverse sur lui; un instant en arrêt, mais juste ici le temps de lui permettre de remonter à hauteur de genoux, amorce juste de ses cuisses;

: – Déjà rendu, pauvre malingre frérot!

Aux grès là d’autres rires, lui échappant encore, plus agile que fort mutine biche…

: – Nous devant de poursuivre, voyons! En quête toi de ton bois, comme moi de mes baies, par trop entreprenant frérot!

: – Ils peuvent bien attendre, si fugueuse et volage soeurette!

: – Pourquoi ne pas prendre, pauvre idiot, avant trou, quelque champs de sus, nous laissant quant au mieux à nos aises!

Fillette ainsi donc qui poursuit, attentive à ne prendre point trop d’avance sur son soupirant; à cette proposition indirectement prometteuse, quant à lui, semblant recouvrer, en plus de celle là par telle évidente, d’inédites vigueurs;

course ainsi reprise, de sentes en vallons, sources, torrents franchis, autres pentes abruptes où toujours cette vive petite, en plus mais de telles autres charmes, fait montre de toute son adresse; avant enfin de se laisser choir toute au coeur de neuve, fort agreste clairière;

aussitôt généreusement répandue; comme presque aussitôt rejointe par un défait puceau proche à rendre son âme, mais tout aussi vivement ragaillardi par ce qu’elle lui découvre, comme jamais encore… 

Désormais seuls et tranquilles; elle grisée là de se découvrir de par tels pouvoirs, sinon jusque emprises, à le voir mais ainsi remonter cette fois à hauteur de ses cuisses plus, en corps, partagées comme de façon là la moins équivoque;

robe légère, vaporeuse corolle ainsi que tous jupons troussé plus au-delà d’une taille, à la différence de tant de restes, découverte en effet des plus fine, ainsi que portée nue déjà sous les pans haut troussés de bien plus fine encore chemisette…

Teha:

Sohn:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *